Voici quelques textes et vidéos a partager pour qui le souhaite  :

Ce matin je suis assis devant la porte. Je cherche un peu d’air et je guette le passage de la vendeuse de Gonré quand je vois arriver une bande de jeunes garçons. Le quartier appartient aux enfants depuis la fermeture des écoles, mais ceux-là jouent à un drôle de jeu.

Ils sont une dizaine entre huit et douze ans et portent sur leurs visages des masques de tissus multicolores qu’ils ont dû récupérer dans les chutes d’un couturier. Ils sont équipés de bâtons avec lesquels ils frappent les ordures et les nombreux sachets noirs qui jonchent la voie.

Tandis qu’ils me dépassent, l’un d’entre eux s’adresse fièrement à moi et m’explique avec un grand sourire :
- « il ne faut plus s’inquiéter le blanc ! Nous sommes la brigade anti-coronavirus et on est chargé de protéger le quartier contre ce mal qui nous guette. On a entendu que la maladie ne touche pas les enfants alors on doit en profiter pour agir à votre place ».

Bilal, Ouagadougou (Burkina Faso)
On ne confine pas la poésie…

...........................................................................................................................

Chers amis marcheurs,

Pendant quelques temps nous sommes privés de ce rendez-vous hebdomadaire qui tous les lundis matin nous remplis de plaisirs, les plaisirs de la marche « tranquille ».

Heureusement, la loi nous permet de marcher pendant une heure dans un rayon de 1
kilomètre autour de chez soi, notre activité nous a appris à profiter des petites ruelles de Ganges, parfois inconnues...

Après quelques semaines nous nous adaptons donc à ce confinement, qui s’arrêtera un jour...

Je ne suis pas ici pour vous dire comment « il faut faire » pour combler à nos libertés, mais pour vous faire part de cette « expérience » de manque de liberté.

Je suis sûr que vous aussi peut-être, vous pouvez dire que vous découvrez ou redécouvrez des choses, que nos vies à « l’état normal », nous ont fait oublier.

Car omis les choses négatives de cette privation de liberté et ; je souhaite sincèrement que vous n’en ayez pas trop, il a des choses positives...

Par exemple, on peut citer le bruit... On peut donc faire la différence entre maintenant,
comparé au brouhaha, dans lequel nous vivons habituellement, cela n’est pas une mauvaise chose !

Moins de bruit, mais plus de silence... Ce silence peut certes à certains moments être vécu comme un sentiment de solitude subie, mais il peut aussi être un sentiment rassurant de calme qui nous « enveloppe »

On peut donc remarquer ces « différences » qui a coup sur disparaîtrons quand le
confinement s’arrêtera. Peut-être en pourrons-nous garder une trace pour notre « future » vie ?

On peut aussi rester un temps, en pensant à toutes les personnes qui manquent de libertés fondamentales sur notre planète, les guerres, la prison, les injustices... Il y a de quoi faire !

Voilà, n’hésitez pas à me faire part de vos "expériences" de cette chose ... que l’on n’attendait pas !

Jean-Pascal LAMBERT, animateur bénévole de l’atelier « marche/bien-être » de l’Agantic

......................................................................................................................

Bonjour à tous,

Les jours se suivent et se ressemblent en cette période de confinement. A nous, de les rendre différents, intéressants et uniques ! Partageons trucs et astuces pour que ces longues journées passent plus vite de la meilleure façon possible.

Pour cela, l’équipe de l’Agantic vous présente « L’armoire à idées » sur le site http://csc-agantic.fr/ que nous vous invitons à visiter régulièrement.

Aujourd’hui, nous vous proposons la confection d’un masque de protection réutilisable.

Vous trouverez ci-dessous les liens correspondants au tuto, au patronage et à la notice.

Ce masque est simple, nous avons testé sa confection sans machine à coudre et avec un niveau débutant en couture.

Si vous êtes équipés d’une imprimante, lisez attentivement la page 3 de la notice pour imprimer le masque à la taille réelle.

Si vous n’avez pas d’imprimante, le patron est facile à reproduire à main levée et une fois tracé sur papier et découpé, il peut-être plié et testé sur le visage directement. On peut facilement le refaire plus ou moins grand.

Nous avons testé ce masque, découpé dans un sac de courses en nylon pour la face extérieure et la doublure intérieure, une lavette en microfibre pour la partie interne, et de l’élastique de récupération.

Nous avons reproduit ce masque sans imprimante et sans machine à coudre.

Nous avons ajouté une surpiqure sur la bordure en contact du visage qui facilite l’ajustement sur celui-ci.

Ce masque est lavable, les 2 matières utilisées sèchent rapidement.

https://www.youtube.com/watch?v=H--aQtVGj9U&t=225s&fbclid=IwAR0xgHjaM73qfA-ythpsC9pJFoLYzO2ws-oyLtXdJ8lHFbL03QRRsyuYX4Y

PDF - 6.9 Mo
Patron du masque (à imprimer)
PDF - 987 ko
Tutoriel de fabrication du masque

Pour celles et ceux qui n’ont pas d’imprimante, des autorisations de déplacement dérogatoire sont à votre disposition sur la vitrine extérieure de l’Agantic.

Patience à tous !

« Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. »
Jean de La Fontaine ; Le lion et le rat (1668).

Protégez-vous ! Protégez-nous ! Protégeons-les !

Bien à vous.

L’équipe de l’Agantic.

Portfolio